Profession devenue vitale avec la démocratisation des réseaux sociaux, le community manager à aujourd’hui un rôle très important dans la communication d’une entreprise. Mais à l’heure du digital, comment se démarquer de la concurrence et mettre parfaitement en lumière sa société ? Wooskill vous donne 5 conseils pour devenir un community manager d’exception.

Principal garant de la bonne ou mauvaise réputation d’une marque sur internet, le community manager ou CM en abrégé est un métier très varié. Diplomatie, réactivité et sens du relationnel seront de mise pour faire la différence sur des réseaux sociaux tels que Twitter, Facebook, Instagram ou encore TikTok. Lien entre l’entreprise et les internautes, l’animateur de communauté (traduction dans la langue de Molière) fidélise et fédère des adeptes autour de lui et donc par la même occasion de sa société.

Parmi les community manager populaires sur internet, on retrouve les CM Twitter de Netflix, d’Interflora, de Décathlon ou de Winamax. Avec eux, blagues et punchlines fusent. Leur mission est simple : faire sourire le client derrière son smartphone, sa tablette ou son ordinateur et le pousser à suivre la marque.

Souvent décrit comme un expert du web et des réseaux sociaux, le métier de community manager est aujourd’hui très prisé et très répandu sur la toile. Il est donc très difficile de faire la différence face à la concurrence et ainsi pouvoir parfaitement mettre en lumière sa marque ou leurs produits.

Mais pas de panique ! Pour vous aiguiller sur le chemin du succès et vous aider à devenir le meilleur CM du monde (rien que ça…) Wooskill vous confie 5 conseils de professionnels.

1- Mettre sa communauté au centre de ses intentions

Avoir une communauté fidèle, réactive et disponible est très important, même primordial pour un CM digne de ce nom. Alors pour arriver à ça, rien de plus simple, mettez la communauté au centre de vos préoccupations. Comprenez qui ils sont, ce qu’ils souhaitent, comment et avec quel outil/réseau social vous pouvez les satisfaire. N’hésitez pas à donner la parole aux internautes, répondre à leurs interrogations. Questionnez-vous sur les posts qui marcheront plus ou à l’inverse qui fonctionnera moins en fonction du public visé et du réseau utilisé.

C’est un travail de fond, un travail de réflexion et d’observation essentielle pour réussir à vous faire remarquer et qu’on se souvienne de vous (donc de la marque par la même occasion). Le partage, les interactions et les rencontres sont des facteurs négligés par la plupart des CM, pourtant ils sont d’une importance capitale. Les abonnées ne doivent pas se sentir suiveur, mais à l’inverse, ils doivent devenir des acteurs de vos projets. Enfin, cette idée d’interagir avec le public peut prendre plusieurs formes : jeux concours, sondages, débats, etc.

2- Proposer un contenu quantitatif et qualitatif

Concernant ce point-là, deux choses sont à prendre en compte. La première, soyez actif, voire très actif sur les réseaux et adapter votre régularité au réseau. Exemple simple : Hors de question d’être inactif pendant une semaine sur Twitter. Les abonnés ou futurs abonnés doivent vous voir une fois, deux fois et même trois fois, pour se souvenir de vous, des messages que vous véhiculez, mais aussi pour qui vous les véhiculez.

Second point essentiel, la qualité de vos interventions. Sauf volonté de votre part, bannissez les fautes d’orthographe, le plagiat et autres erreurs fatales. Réfléchissez, écrivez, relisez-vous, peaufinez, prenez une photo, reprenez la photo, etc. Vos post doivent être irréprochables, car vous représentez l’entreprise et dans une telle profession une gaffe est vite arrivée. Dernier conseil, vos collègues (s’ils sont disponibles et bienveillants, peuvent également donner un avis constructif sur votre travail. La critique positive et négative reste un bon moyen de progresser.

Conseils-community-manager

3- Osez !

Simple à comprendre, mais bien évidemment difficile à mettre en place. Il faut oser, quitte à échouer. L’échec n’est pas forcément chose négative, il permet de grandir et de s’améliorer. N’ayez donc pas peur d’inventer un concept, un format ou tout simplement de tenter une chose inédite et peu commune. Des applications telles qu’Instagram, Snapchat ou encore TikTok offrent des possibilités presque infinies et n’en finissent plus d’évoluer.

Pour faire la différence, il faut être différent et c’est en proposant un contenu différent que vous y arriverez. La créativité est un talent, un talent naturel, mais aussi un talent qui s’apprend et qui se travaille. Plus votre contenu sera unique, plus il éveillera la curiosité des internautes et quand vous titillez la curiosité de quelqu’un, c’est un bon signe… Un très bon signe.

4- Partager un contenu coloré et vivant

Photos, créations graphiques, images d’archives ou vidéos, le community manager doit être à l’aise avec divers types de médias. Dans un tel un métier, le célèbre proverbe de Confucius « une image (ou une vidéo) vaut mille mots » prend tout son sens. Véritable créateur de contenu, le CM sait utiliser un tas de logiciels de PAO différents comme Canva (plate-forme de conception graphique), Photoshop (logiciel de retouche) ou Adobe Première Pro (application de montage vidéo).

Varier les formats, privilégiez le multimédia pour ne pas lasser les abonnés. N’hésitez pas non plus à utiliser des filtres (sans tomber dans la caricature et l’amateurisme) pour vos photos ou vidéos. Évitez (sauf si le contexte l’encourage) les posts ternes, tristes et démotivants. Optez plutôt pour la technique des trois C = concis, colorés et captivants.

5- Devenir un expert des réseaux sociaux et de l’actualité

On termine avec une règle bateau, mais qui vaut son pesant d’or. Pour réussir sur les réseaux sociaux, il faut connaître les réseaux sociaux et suivre quotidiennement ce qu’il se passe sur Instagram, Twitter, Facebook ou TikTok. Tel un journaliste, Le CM doit effectuer quotidiennement un travail de veille pour ne rien rater de l’actualité et des dernières tendances.

Ce travail de veille prend deux formes bien distinctes, la veille concurrentielle et informative. La première permet d’observer la concurrence et d’apprendre ce qu’on dit de soi/notre entreprise sur internet. Elle a pour but de travailler son image et de comprendre à quel point le community manager doit s’améliorer. La seconde forme de veille, informative, permet de toujours être à la page quand on parle d’actualité. Cela donne donc de la matière pour exercer son métier correctement.

Besoin d’une aide plus professionnelle ? N’hésitez pas à vous rendre sur Wooskill afin de rencontrer des community manager. N’attendez pas une seconde de plus et venez à la rencontre d’Axelle, de Ludivine ou encore de Marina.

Pour continuer votre session lecture, n’hésitez pas à rester sur notre Blog Wooskill